Retour sur la transition énergétique avec une rapide comparaison des démarches française et japonaise.

On compare souvent la France et l’Allemagne, changeons de référence avec le Japon.

Et en termes de transition énergétique, le Japon est évidemment dans un cadre contraint après l’accident de Fukushima.

Le Japon a ces dernières années, après Fukushima précisément, importé des quantités considérables de gaz naturel liquéfié pour disposer de l’énergie dont il a besoin. Mais le Japon a très rapidement voulu réduire ses émissions de CO2, en priorité dans le champ de la mobilité. De plus, le Japon veut gagner en indépendance par rapport à ses besoins en énergie primaire (aujourd’hui importée à 93 %). Le pays du soleil levant a ainsi décidé d’investir massivement dans la production, le transport et surtout dans les usages de l’hydrogène avec en priorité la mobilité (train, bus, camion, voiture).

hydrogene.jpg

Au-delà d’une ambition d’indépendance renforcée, le Japon veut investir dans des technologies à valeur pour lui. Le pays veut développer des compétences sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’hydrogène avec des compétences locales et des emplois industriels sur son territoire.

Si l’on regarde maintenant ce que le président Macron a annoncé dans l’optique d’une transition énergétique à 10 ans, c’est de multiplier par 5 la production photovoltaïque et par 3 l’éolien terrestre. C’est louable mais c’est mettre en oeuvre une transition vers les énergies renouvelables – avec 71 milliards d’euros d’aide – sans développer des compétences et des emplois à haute valeur sur le territoire. Ce n’est pas la pose de panneaux et d’éoliennes qui fait une ambition. On peut estimer surtout que la France va financer pour 35 milliards d’euros (la moitié du montant total) des emplois en Chine ou ailleurs, mais pas en Europe.

Nous devrions passer à l’étape d’après et investir massivement dans les technologies de demain, pas dans des matériels d’aujourd’hui. Et c’est d’autant plus pertinent que la France a encore pour un dizaine d’années un mix de production de l’électricité quasi totalement décarbonné. Du bon sens mesdames et messieurs les décideurs et misez sur la R&D, par sur la pose de panneaux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s