Arrêt sur image et analyse sur l’autoconsommation collective

L’autoconsommation collective consiste à définir une communauté, un ensemble de consommateurs, qui vont décider de produire de l’électricité et de la consommer. Si cette communauté produit plus qu’elle ne consomme, elle revend son électricité, si au contraire elle ne produit pas suffisamment, elle fait appel au réseau public de l’électricité pour soutirer l’énergie complémentaire dont elle a besoin.

Pour rappel, l’autoconsommation individuelle répond à la même définition mais sur un seul point de livraison connecté au réseau.

La France s’est engagée dans des expérimentations (4 sites à ce jour : Bordeaux, Forcalquier, Pénestin et Perpignan) et la CRE doit prochainement se prononcer sur le cadre réglementaire et fiscal de l’autoconsommation.

A quelques semaines de cet avis de la CRE, on peut constater que les différents lobbyistes et les divers consultants engagés dans ces discussions sont très actifs. Nombreux sont les acteurs industriels et de services issus du photovoltaïque qui demandent des dispositions financièrement favorables à l’autoconsommation. En effet, le modèle économique pose question dans la mesure où, dans la très grande majorité des cas, une communauté en autoconsommation ne peut être en pleine autarcie. L’accès au réseau quand la production locale est insuffisante se révèle absolument nécessaire.

Très globalement, la CRE tout comme les autres parties prenantes partent du principe que les expérimentations doivent démontrer la viabilité et la pérennité de l’autoconsommation collective.

Nous craignons pour notre part que cette viabilité ne puisse se réaliser que si des dispositions telles que des exonérations partielles de CSPE ou de TURPE ne soient décidées par la CRE et l’exécutif.

Notre position est que les consommateurs qui ne peuvent pas profiter de solutions en auto-consommation, que ce soit pour des raisons géographiques, de bâtis ou simplement de moyens financiers, ne financent pas les autres consommateurs qui peuvent s’engager dans ces dispositifs.

Le pire en effet serait que les factures des clients sans autoconsommation augmentent pour financer pour partie les dispositifs d’autoconsommation. Rappelons en effet que si il y a des exonérations de CSPE ou de TURPE, c’est qu’elles seront compensées par des augmentations de ces CSPE et TURPE pour les autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s