La difficile cohabitation entre le nucléaire et les énergies renouvelables

Au -delà des débats alimentés encore récemment par le ministre Nicolas Hulot sur le mix énergétique, la centrale nucléaire allemande de Brokdorf nous éclaire sur les difficultés à faire cohabiter les moyens de production nucléaire et renouvelables.

Le site Euractiv nous informe précisément des problèmes que rencontre la centrale nucléaire de Brokdorf dans le Schleswig-Holstein en Allemagne.

Le développement important des énergies renouvelables, photovoltaïque et éolien, en Allemagne impose au système électrique allemand de gérer toujours plus d’intermittence et de l’articuler avec la production électro-nucléaire.

Si un réacteur nucléaire ne peut répondre en temps réel à l’intermittence de « dentelle » soit l’intermittence au niveau d’une demi-journée ou d’une journée avec des aléas d’ensoleillement et de conditions de vent, on peut adapter la production d’un réacteur nucléaire entre le jour et la nuit ou entre une période venteuse et un calme plat sur plusieurs jours.

Or, ces adaptions de puissance du réacteur modifie régulièrement les conditions de température du réacteur et de ses composants. En clair, la température au sein du réacteur évolue en permanence du fait de l’adaptation de sa puissance de production.

Mais lors de leur conception, les réacteurs et les composants associés, les gaines des crayons de combustible en particulier, le réacteur devait être en fonctionnement à puissance nominale sur des périodes longues avec très peu de variation de température.

 

L’autorité de sûreté Allemande, constatant une corrosion anormale des assemblages de combustible à Brokdorf, a décidé de permettre le redémarrage de cette centrale, après des investigations poussées, en mode « sécure ». Cette corrosion anormale est clairement attribuée aux fluctuations de puissance du réacteur pour s’adapter aux besoins « intermittents » du système électrique allemand.

D’après les mêmes sources, le problème rencontré à Brokdorf serait également constaté sur des réacteurs Suisses.

 

Comme nous l’évoquions en début d’article, le débat sur la cohabitation entre nucléaire et renouvelable est vif et se nourrit de nouveaux éléments comme celui-ci.

Le premier enseignement qu’on peut tirer de cet épisode de Brokdorf est qu’une bonne régulation, orientée vers un optimum global (au bénéfice de tous) a toute sa place dans le système électrique européen.

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « La difficile cohabitation entre le nucléaire et les énergies renouvelables »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s