Quand l’avenir d’EDF se dessine à coup de pirouettes sémantiques.

Le dorénavant fameux projet Hercule, le projet de Jean-Bernard Lévy donc, PDG d’EDF, commence à prendre sa place dans le débat politique. Les députés de l’opposition, quasiment unanimement, ont dénoncé les orientations du gouvernement et d’EDF SA qui se préparent à réorganiser la structure de l’électricien national.

Cette structure pourrait, devrait selon les promoteurs de ce projet, se décliner ainsi :

Évoquons maintenant la sémantique utilisée pour nous vendre la refonte d’EDF SA. Tout tourne autour de quelques mots clés : « Groupe EDF », « 100% Public », « rien de change ».

On a entendu pêle-mêle les dirigeants d’EDF SA et de filiales, les représentants du gouvernement ou de la majorité présidentielle, expliquer ce en quoi les consommateurs, les salariés, l’ensemble des parties-prenantes n’ont pas à s’inquiéter de la mise en œuvre d’Hercule.

Les messages sont donc construits pour rassurer, pour laisser croire que cette évolution d’EDF liée à Hercule ne changera rien pour demain. On entend les choses suivantes, dans des conférences de presse ou dans l’hémicycle, complétées de nos analyses :

« Le Groupe EDF restera intégré » → Le Groupe EDF est un concept plus qu’un objet juridique incontestable. Dire par exemple que le Groupe EDF restera intégré consiste à dire que EDF Bleu plus EDF Azur plus EDF Vert constituent LE Groupe EDF. Sauf que faire d’un ensemble associant des structures 100% public et des entreprises de droit privé en situation concurrentielle un Groupe parait très singulier…

« Enedis restera 100% Groupe EDF » → Enedis ayant vocation à devenir une filiale à 100% d’EDF VERT, qui verra lui son capital ouvert à hauteur de 30% à 40%, on peut effectivement dire qu’Enedis restera 100% Groupe EDF si on considère qu’EDF VERT est équivalent dans sa représentation à Groupe EDF.

« On ne veut pas démanteler EDF » → Toujours pareil, si Groupe EDF égale EDF Bleu plus EDF Azur plus EDF Vert alors oui, le Groupe EDF ne sera pas démantelé mais comme on l’a dit, cette nouvelle version du Groupe EDF sera sans rapport avec la précédente incarnée par le EDF S.A. d’aujourd’hui. Et filialiser Enedis avec comme nouvelle maison mère EDF Vert avec Commerce et Renouvelable constituera un risque majeur pour le modèle électrique français en général et la péréquation tarifaire en particulier.

On a encore de nombreux exemples de prises de parole des promoteurs du projet Hercule qui sont sur cette gymnastique linguistique.

La vérité est que l’on aura de façon certaine vu du gouvernement une boite Bleu avec EDF bleu qui accueille la production centralisée (par opposition à la production décentralisée nucléaire en tête) et probablement le gestionnaire du réseau de transport.

EDF Vert, selon les dirigeants d’EDF, accueillera elle les activités liées aux énergies renouvelables, à la fourniture d’énergie, les services énergétiques et le développement à l’international. Mais elle accueillera également le réseau de distribution qui doit permettre par ailleurs de financer l’ensemble des activités d’EDF VERT.

En toutes circonstances, sans jouer sur les mots ou sur leur sens juridique, on aura d’un côté un acteur 100% public dont l’activité sera pleinement régulée et de l’autre une entreprise commerciale de droit privé et cotée en bourse. De là, pourra-t-on encore vraiment parler d’un Groupe EDF ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s