Le jeu de rôles Belge autour du nucléaire d’Engie continue et n’est pas sans conséquence pour la France, elle-même dans un drôle d’imbroglio.

Nous évoquions la semaine dernière la menace forte, économiquement argumentée, d’Engie sur la gestion de ses 7 réacteurs nucléaires. Faute d’un engagement de l’Etat Belge avant la fin de 2020 sur la prolongation au-delà de 2025 de ses 2 plus récents réacteurs : Doel-4 et Tihange-3, Engie dit vouloir mettre à l’arrêt l’ensemble de ses réacteurs à fin 2021 alors que la sortie du nucléaire promulguée par le gouvernement Belge est pour 2025.

En clair, Engie dit ne pas vouloir investir dans un appareil industriel dont la fermeture est programmée. On peut comprendre que dans notre système économique, engager des investissements dont on sait qu’il n’y a aucun retour sur investissement possible n’est pas la chose la plus intelligente à faire.

Mais l’affaire continue.

Dès le lendemain de la diffusion de la vidéo de Monsieur Thierry Saegeman déclarant vouloir fermer ses 7 réacteurs avant la fin de l’année faute d’engagements de l’état, la ministre Belge de l’Energie Tinne Van der Straeten (Parti Ecolo-Groen) se déclarait « heureuse » de voir qu’Engie s’engageait dans la transition énergétique (sic). N’a-t-elle pas intégré que la Belgique est à deux doigts de perdre 40% de sa production, pilotable par ailleurs !

Le cdH (le parti Humaniste Belge, classé à gauche) vient de dénoncer les propos et les décisions de la Ministre Van der Straeten en les qualifiant d’idéologiques.

On doit reconnaitre que la Belgique et sa ministre de l’énergie se mettent terriblement en risque surtout que la France et l’Allemagne ont récemment fait part de leurs inquiétudes sur la tenue du système électrique pour cet hiver. Si Engie devait fermer ses 7 réacteurs dès fin 2021, l’hiver 2021-2022 va être l’hiver de tous les dangers pour notre sécurité électrique européenne !

Mais les Belges n’ont pas le monopole de la réflexion idéologique et disons le démagogique. La France prend position avec le Conseil d’Etat qui met l’Etat lui-même en demeure de respecter la trajectoire permettant de réduire les émissions de CO2 de 40% à 2030… conformément aux objectifs européens (rien n’est démontré sur le comment on fait). Que dirait le Conseil d’Etat Français si EDF faisait en France la même chose qu’Engie en Belgique ? Curieux de savoir. Les juges vont-ils prendre le pouvoir des politiques ?

On va finir par penser qu’il n’y pas mieux qu’un virus pour nous permettre d’effectivement réduire nos émissions… et pendant ce temps là, les émissions de gaz à effet de serre sur la planète continuent à augmenter à grande vitesse… mais ça se passe ailleurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s