Faisons aujourd’hui un pas de côté et regardons ce que sera le travail pour une partie d’entre nous demain.

La crise sanitaire du Covid a déjà modifié certains comportements et va probablement accélérer les transformations dans l’organisation du travail y compris dans le monde de l’énergie.

Faisons donc de la prospective non pas sur le mix énergétique de 2050 ou sur la petite guerre de tranchées entre EDF et Engie mais plutôt sur ce que pourrait être la place de chacun d’entre nous dans le monde professionnel.

C’est un ami de longue date qui m’a d’une certaine façon ouvert les yeux sur cette (r)évolution qui se prépare dans le travail.

Les entreprises de l’énergie ont depuis l’après guerre – c’est dire si ça commence à dater – été des entreprises de taille importante, avec une organisation très rigoureuse et un dialogue social quasi précurseur, en tout cas, pas en retrait par rapport aux autres secteurs. Mais voilà que se structure les entreprises du 21ème siècle, telles que Google, Twitter, Amazon ou Facebook, avec une relation nouvelle entre l’entreprise et ses « collaborateurs ». C’est décoiffant !

zuckerberg

Ce que nous dit Zuckerberg, c’est que les emplois à haute valeur ajoutée seront proposés à une population évidemment extrêmement qualifiée mais surtout mondialisée. Ce sera du remote hiring avec des employés n’importe où sur la planète du moment qu’ils sont compétents. Anis, un ingénieur en cybersécurité par exemple, dont Enedis comme d’autres a tant besoin, sera issu d’une concurrence entre Chinois, Indien, Allemand, Français …  Le marché du travail sera mondial.

Mais ce ne sera pas vraiment un marché du travail. On sera probablement avec une petite « armée » de spécialistes qui seront probablement indépendant, payés à la tâche et très « volatile ».

A l’inverse, des métiers à faible valeur ajoutée, sans expertise forte, assureront les métiers de service ou de production.

Donc, vu de Mark Zuckerberg et pas que de lui, le monde de demain ne sera ni moins globalisé ni plus égalitaire.

The Economist voit 1 milliard de travailleurs qui seront indépendant et délocalisé d’ici 2035.

Welcome in a better world… or not.

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s