Décidément, Madame Corinne Lepage a un problème avec Enedis, la tarification de l’utilisation du réseau et, un comble, la péréquation tarifaire

Après s’être imposée comme l’avocate (pro bono ? – c’est à dire bénévole ?) des collectifs anti-Linky et partant des approches irrationnelles, Madame Lepage se lance maintenant dans une nouvelle croisade contre Enedis.

En effet, le cabinet d’avocats Huglo-Lepage (…) s’est associé à divers acteurs tels que ComWatt ou ekWateur qui ont tous « flairé » les opportunités de business dans la promotion de solutions énergétiques supposées modernes (mais qui nous renvoient plus d’un siècle en arrière).

En fait, les initiateurs de ce « manifeste » disent vouloir réussir la transition énergétique avec le développement de l’autoconsommation collective et pourquoi pas d’une forme d’indépendance des territoires vis à vis d’Enedis (sauf quand l’indépendance devient impossible).

L’autoconsommation collective correspond à un « bout » du réseau de distribution où certains acteurs produisent de l’électricité, d’autres la consomment et où les consommateurs de ce sous-réseau en autoconsommation font appels à la solidarité nationale incarnée par le réseau de distribution géré principalement par Enedis.

En clair, l’électricité produite localement dans le sous-réseau en question est consommée localement si les besoins sont supérieurs à cette production, sinon, l’excédent d’électricité produite est revendue au réseau. Enfin, s’il n’y a pas de production locale, alors c’est le réseau qui assure la fourniture d’électricité pour l’ensemble des consommateurs.

Vu comme cela, on peut dire « allons-y ! ».

Mais voilà, la mayonnaise ne prend pas. L’autoconsommation collective ne décolle pas. D’où l’initiative musclée de madame Lepage et de ses partenaires affairistes. D’où le manifeste !!!

Ils réclament tout simplement que les freins soient levés. Les freins …

Les freins identifiés par Madame Lepage portent sur des aspects économiques évidemment. L’argument développé par le collectif mené par madame Lepage est que l’électricité photovoltaïque est la moins chère à produire et que la réglementation empêche son développement. Sincèrement, si c’est la moins chère, aucun doute sur le fait que les français, pas fou lorsqu’il s’agit de faire des économies, feront massivement ce choix.

C’est donc à cause de blocages administratifs et fiscaux que les français sont « empêchés ».

Sérieux !!!

La France dépense chaque année environ 5 milliards d’Euros (E. Macron – Débat public sur la PPE, 2019) pour aider le développement du photovoltaïque et de l’éolien.

ampouleoie-3bb81

 

Le comble est quand ce collectif soucieux de développer leur business nous explique qu’il faut supprimer les taxes sur l’électricité produite en autoconsommation et que les taxes évoquées concernent le TURPE – le Tarif d’Usage du Réseau Public de l’Electricité.

En clair, ils nous expliquent que les clients en autoconsommation ne payent pas l’utilisation du réseau. En clair, que les autres payent pour eux les infrastructures qui leurs permettront de s’éclairer chaque soir quand les panneaux photovoltaïques ne produisent plus. C’est ENORME et c’est typique de l’approche prédatrice de ces entrepreneurs, les factures pour les autres, les bénéfices pour eux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s