Sans surprises, les médias de masse ne facilitent pas la compréhension de la question énergétique. Exemple avec Capital sur M6

Hier soir, la chaîne M6 nous a proposé une émission spéciale avec la présence de Nicolas Hulot. Deux sujets phares étaient proposés, le nucléaire (encore et toujours) et les produits phytosanitaires.

Nous allons évidemment tenter d’analyser le contenu dédié au nucléaire mais plus largement à l’énergie.

La séquence a commencé par un reportage qui se voulait complet sur la question du nucléaire. La journaliste, Sandrine Andrei, a fait le choix d’un axe économique, c’était le moins qu’on puisse attendre pour l’émission Capital. Pour autant, elle a avoué s’être intéressé au sujet pendant 4 mois…

En résumé, elle nous a démontré – c’était le méga scoop – que l’on ne paye pas le vrai prix du nucléaire !!! La bonne blague ! Avec une régulation à l’amont comme à l’aval avec l’ARENHet le Tarif Bleu, évidemment qu’on n’est pas dans un marché « normal ».

Et bien sûr, Nicolas Hulot en a rajouté pour dire qu’on cache la vérité aux français sur le nucléaire.

Pire, il a (encore) expliqué que les renouvelables sont beaucoup moins onéreux avec des chiffres très étonnants, jugez-vous mêmes :

fnh nuke enr

Avec une comparaison en MGW/H ?????  ça craint.

A ce stade, la journaliste et Nicolas Hulot étaient en droit, en devoir, de se dire tout bêtement qu’avec de tels chiffres, pourquoi les Français, les Anglais, les Chinois continuent à compter sur le nucléaire. Pire, pourquoi les Allemands continuent à construire des centrales au gaz et au charbon ?

Sans dire, bien au contraire, qu’il faut construire des EPRs partout, il faut quand même présenter les choses avec sérieux. L’émission n’a rien dit de sérieux (sauf sur l’intervention de l’animateur Julien Courbet) sur :

  • l’intermittence – qui n’est pas un problème pour N. Hulot, il y a TOUJOURS ou du vent ou du soleil quelque part en Europe (en quantité suffisante et avec les réseaux qui vont bien ?)
  • la réalité du prix de construction des moyens de production renouvelables. A ce jour, la France comme l’Allemagne soutiennent financièrement les renouvelables à hauteur de 10 à presque 30 milliards d’Euros chacun.
  • le prix du MWh produit par les renouvelables versus son coût de revient (celui de la Fondation Nicolas Hulot). Quand on a du vent, beaucoup de vent, on ne sait plus quoi faire de l’électricité produite. Elle devient à prix négatif. Si ça coute peu cher quand on en a pas besoin… Et le stockage (sans impact environnemental majeur) n’est pas pour tout de suite.

 

De notre point de vue, expliquer qu’effectivement les prix de l’électricité ne reflètent pas les vrais coûts de production avait un très net intérêt. Mais comme trop souvent, expliquer bêtement que l’un, le nucléaire, est mal et que l’autre, le renouvelable est bon, c’est pareil que de dire que le nucléaire n’a pas d’intérêts dans la réduction des émissions de CO2 et que l’extraction de Lithium n’est pas un sujet.

Soyons, honnêtes, rigoureux et sur les priorités de notre époque.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s