Mais qui donc nous force à nous tirer une balle dans le pied dans la lutte contre le réchauffement climatique ?

Coup sur coup, de façon ordonnée et clairement électoraliste, Elisabeth Borne et Emmanuelle Wargon viennent de déclarer qu’il y a trop de production d’électricité nucléaire « 72% de nucléaire, c’est trop » et qu’il convient de prévoir de fermer 7

mtes

ou 8 réacteurs.

De quoi parle-t-on ?

Que deux ministres, éminemment formées HEC, Sciences Po et ENA pour madame Wargon, Polytechnique et Ecole des Ponts pour madame Borne, puisse nous dire que la transition énergétique doive en passer par là est juste inquiétant.

Si comme on le sait quasiment tous, le risque pour l’humanité est le réchauffement climatique, pourquoi parler du nucléaire ? Sinon pour conforter les plus de 50% des français qui disent que la production d’électricité nucléaire est le principal contributeur aux émissions de CO2 dans l’atmosphère. Ou bien pour garantir un business fabuleux pour les filières d’énergies renouvelables [on apprend par Contexte que presque 30 milliards d’Euros ont été versés en 2019 par le gouvernement allemand aux producteurs d’électricité éolienne et photovoltaïque]. C’est en fait sans doute pour conforter une stratégie électorale qui n’est pas notre propos.

Quand on a un outil, un actif, une réponse face à la question du réchauffement climatique, on l’utilise !

Que nos deux ministres et le gouvernement nous explique que la construction de nouveaux réacteurs ne constitue pas le meilleur choix, on peut clairement l’entendre mais pas ça. Cette production décarbonée, disponible à tout moment, compétitive, on se doit d’en tirer le meilleur profit, économique comme climatique.

Mais ce n’est pas fini…

Nos ministres nous disent qu’après Fukushima, on ne peut rester à 72%, qu’on doit descendre en proportion…

Mais sérieusement, si on risque tel que cela est insinué un accident nucléaire majeur, alors on ferme tout et tout de suite ! Qu’on soit avec 50, 40 ou 30 réacteurs, la question est la même : est-ce que la sécurité et la sûreté sont assurées ? C’est oui ou c’est non, la quantité n’a rien à voir là-dedans.

Il faut rester sérieux, honnête et un tantinet scientifique.

Comme on dit en sciences d’ailleurs, un problème bien posé est un problème à moitié résolu.

Posons donc le problème et on en reparle.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s