Un premier retour de nos pionniers français au CES de Las Vegas, le méga rassemblement « techno »

L’année dernière le CES, le Consumer Electronics Show à Las Vegas, avait fait la part belle aux français représentés par le label French Tech. La fête est moins grandiose cette année avec 1/4 de moins de participation française mais nous ne pouvons nous désintéresser de l’impact des innovations sur le monde du travail et sur le secteur énergétique.

OIPP9EDDLMM.jpg

Voilà donc un premier retour avec la société Indewatt qui a été primée pour sa solution Sunleavs qui doit faciliter l’autoconsommation collective.

Indewatt (pour Indépendance Energétique nous indique Var-Matin) est une société Toulonnaise qui a pour objet de permettre l’autonomie énergétique en général et électrique en particulier.

Depuis Thomas Edison et Nicola Tesla, on a fait évoluer les réseaux électriques remarquablement et on continue (cf State Grid Of China avec du transport à plus de 1 million de volt). Et voilà qu’on promeut, qu’on érige en stratégie d’avenir l’objectif de l’autonomie électrique !!!

Dans un contexte où nombreux sont ceux qui, comme Jean-Marc Jancovici, suggère une réduction franche de notre consommation (y compris électrique), on peut effectivement valoriser cette ambition d’autonomie. En effet, l’autonomie obligera chacun à s’adapter aux aléas de la production. Sans vent ni soleil, les communautés énergétiques locales auront bien du mal à répondre aux besoins en électricité et inéluctablement seront en logique de réduction de leur consommation.

C’est le seul bénéfice réel de l’autonomie énergétique.

Indewatt, parmi d’autres, vante son système avec l’argument de la résilience. Peut-on vraiment croire que l’on s’en sort mieux seul. L’histoire de l’humanité elle-même nous indique tout le contraire. Et c’est particulièrement vrai pour l’électricité. Le réseau électrique crée les ponts entre les individus pour permettre le plus grand foisonnement possible sur les consommations comme sur les productions. Quand un foyer ne consomme pas, un autre va se mettre à consommer. C’est cela le foisonnement, le besoin est « moyennisé », au plus grand bénéfice des consommateurs et de la résilience du système. Et le raisonnement est le même sur la production. Quand il n’y a plus de vent quelque part, il peut y en avoir ailleurs.

Primer ce type d’innovation interroge sur la bonne compréhension du système électrique. La société va vers toujours plus d’indépendance, d’autonomie mais aussi d’individualisme, sommes-nous sûr de la pertinence de ces choix, surtout sur le sujet qui nous intéresse, l’énergie… ?

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s