Hier, c’était le nucléaire avec le projet (?) de construction de 6 EPR, aujourd’hui c’est encore le nucléaire avec le serpent de mer de l’ARENH.

Le nucléaire monopolise toute l’attention du monde de l’énergie, et c’est quand même dommage. La transition appelle à revoir l’ensemble de la question énergétique, pas que le nucléaire.

Donc, lors du congrès Gazelec d’hier, moment majeur de l’écosystème énergétique, on a été marqué par le poids de la question liée à l’évolution de l’ARENH, l’accès régulé au nucléaire historique.

Quelle évolution du prix du MWh?

Quel plafond ?

Gestion de la fin du dispositif.

Et on a été servi. Entre l’UFE, le ministère ou la Commission, tout le monde avait des choses à dire … sauf les salariés, on n’a sans doute pas pensé que leur opinion, leur connaissance du secteur, avait une quelconque importance.

Et pourtant, qui est en face à face avec les consommateurs, qui travaille au quotidien avec les autorités concédantes et assure la maintenance des réseaux et qui fait tourner les alternateurs dans les centrales nucléaires ou hydrauliques ?

Pour revenir à cette journée au Gazelec, revenons sur les propos tenus par ceux qui ont eu la parole.

Tout d’abord, la Commission de Régulation de l’Energie, la CRE, a décidé de soutenir plutôt les fournisseurs alternatifs qu’EDF. Elle a par son Directeur du Développement des Marchés souhaité que la question du plafond de l’ARENH soit traitée rapidement. En clair, il a dit que les fournisseurs alternatifs doivent pouvoir disposer de « plus » d’ARENH. Un mauvais coup pour EDF.

Ensuite, le représentant du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, compétant sur les questions énergétiques, a validé l’idée d’un relèvement du plafond de l’ARENH en indiquant que cela serait compatible avec l’évolution du dispositif ARENH…

Enfin, Anna Colucci de la Commission Européenne a dit que les autorités Bruxelloises seront attentives aux évolutions de l’ARENH et que le prix, plus que les volumes, avait vocation à évoluer dans le temps. Pas simple.

Ensuite, la même Anna Colucci a refroidi enthousiasme de certains en indiquant que les engagements déjà pris sur l’ouverture à la concurrence de la gestion des ouvrages hydrauliques devait aller à son terme. Toujours pas une bonne nouvelle pour EDF !

arenh rev

Tout ça dans un contexte Hercule pas facilitant, les échanges vont être rudes.

On alerte tout de même sur l’idée d’aller faire travailler en centrale nucléaire des agents du groupe EDF, chaque jour de l’année, avec un très haut niveau de performance (trop peut-être), pour permettre aux concurrents d’EDF (leur entreprise) d’accéder à une électricité TRES bon marché.

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s