Quand les annonces transforment les faits … la transition écologique confrontée au mouvement #NoFakeScience

Présentons tout d’abord ce mouvement #NoFakeScience.

Ce mouvement est pour l’essentiel né d’une forme de lassitude sur les affirmations, commentaires, « tweets » sans aucun fondement scientifique voire contraires à l’analyse scientifique. Une présentation de l’Opinion ici. En passant, votre serviteur est dorénavant adhérent du collectif #NoFakeScience.

Je vous propose un exemple très concret sur un sujet qui touche à l’énergie.

Le syndicat professionnel Enerplan qui rassemble l’ensemble des acteurs de la filière solaire nous dit par l’intermédiaire de son Délégué Général :

Du 100% élec EnR en Australie, qui fait économiser de l’argent à la collectivité consommatrice, qui décide ainsi d’accélérer dans la transition énergétique. Cercle vertueux.
enerplan

Quand on sait que l’Australie (hors la Tasmanie) est massivement alimentée par une électricité issue du charbon, l’information interpelle.

A y regarder de plus près, l’information précise du Newcastle Herald nous dit que :

  • que c’est un projet à ce stade
  • le projet concerne une ville, Newcastle
  • que le projet en est au stade de la délibération du conseil municipal (sic)
  • que les économies (presque 4 millions de $ australien) sont chiffrées par le porteur du projet lui-même.
  • Et enfin que le dispositif reposera sur des fermes photovoltaïques.

On est très très loin « de la coupe aux lèvres ». Aujourd’hui, et malgré des aides budgétaires parfois astronomiques, aucun système électrique bâti sur de la production photovoltaïque n’a atteint le 100% ENR (énergies renouvelables), bien au contraire.

C’est que le soleil n’est pas là 24h sur 24, évidemment, et que le stockage de masse de l’électricité en est encore aux travaux de recherche.

Le système électrique peut, doit pouvoir intégrer de nouveaux moyens de production mais il doit dans le même temps garantir un bon fonctionnement et partant éviter les coupures et les « black-out ». Il doit donc s’appuyer sur des analyses, des simulations à l’image des « stress-tests » des banques. RTE a réalisé ces analyses avec un large travail de concertation et avec des études approfondies et transparentes.

C’est sur ces travaux que la communauté électrique doit s’appuyer, sur d’autres également dont ceux d’Enedis.

J’ai pris ici le dernier exemple en date, il en y a pléthore et parfois de plus grave.

Dans une transition énergétique aussi profonde, nous devons être rigoureux pour être crédible. Sans crédibilité, on ne réussira pas cette transition énergétique nécessaire.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s