Les paradoxes dans le discours politique sur le développement durable

En quelques jours, les grands dirigeants de la planète nous ont donné une nouvelle occasion de révéler les paradoxes de nos politiques.

En quelques mots, on entend à juste titre dénoncer la déforestation de l’Amazonie avec ses milliers de feux de forêt et on entend également tous les bienfaits du développement du stockage de l’électricité par batterie chez les citoyens (européens).

C’est là le paradoxe. On dit la nécessité de protéger l’environnement et la biodiversité qui l’accompagne et on augmente considérablement la demande de matière qui est précisément à l’origine de la dégradation massive de l’environnement.

image mine

Quand ceux qui défendent l’environnement en France encouragent le développement massif du stockage de l’électricité au domicile pour que chacun puisse, en logique autarcique, produire et consommer son électricité, on encourage l’exploitation minière intensive dans des conditions sociales et environnementales effroyables. « Coup de chance, ce n’est pas chez nous, c’est même très loin de chez nous ».

Si certains d’entre vous pensent encore que l’extraction minière s’est modernisée comme toutes les activités industrielles sur notre territoire…

Et, vous vous en doutez sans doute, pour extraire toutes ces ressources (en quantité toujours plus importantes), en Afrique, en Asie, aux Amériques, il faut déforester !

Mieux que cela, on déforeste plus encore au nom d’une certaine forme de politique environnementale pour pouvoir produire toujours plus de biocarburants.

Le propos est donc de mettre en avant les politiques qui visent à moins consommer, à mieux consommer et à agir ainsi vraiment pour la préservation de l’environnement.

Pour prendre l’exemple de la promotion des solutions autarciques du système électrique avec une production, un stockage et une consommation en en même lieu. Cela passe aujourd’hui par l’installation de panneaux solaires fabriqués pour l’essentiel en Chine (fabrication des panneaux avec beaucoup de métaux rares et très coûteux ET polluants à extraire. Il faut ensuite des batteries (pour gérer les moments sans soleil) et là, c’est presque pire. Et tout cela doit être transporté par bateaux de Chine jusqu’à chez nous.

En termes d’emplois et de balance commerciale, no comments.

Or, le système électrique français d’aujourd’hui, pas parfait, permet cependant de disposer d’une électricité extrêmement décarbonnée, génère de l’emploi en France et rend un service au rapport qualité/prix quasiment unique au monde.

Donc, plutôt que de casser tout ce qui marche à la fois bien, pas cher et à l’impact environnemental maitrisé, plutôt que de dénoncer des agissements dont nous sommes pour partie à l’origine, mettons notre énergie pour réduire nos consommations (sur le logement et la mobilité) et pour mettre de l’intelligence dans nos consommations (en utilisant l’électricité de façon privilégiée au moment où elle est abondante grâce au soleil et au vent).

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s