La « bonne » gouvernance d’entreprise expliquée à monsieur de Rugy

On a souvent entendu dire que l’état est un mauvais gestionnaire et un mauvais « chef d’entreprise ».

9782111453111

Monsieur Goullet de Rugy, diplômé de Sciences Po Paris, n’a semble-t-il pas suivi tous les cours quand il était jeune ou il a tout oublié car il est très loin des « best practices » sur le sujet de la gouvernance d’entreprise cette semaine avec EDF.

Rappelons les bonnes pratiques et règles de gouvernance de l’entreprise.

L’actionnaire, dont le but – surtout quand il s’agit de l’état, donc des français – est de faire fructifier sur le long terme ses actifs, a le pouvoir de nommer des administrateurs qui vont pour son compte assurer la gouvernance de l’entreprise.

Monsieur de Rugy a donc, avec le gouvernement, ses administrateurs (qui assurent la bonne gouvernance dans les entreprises dont lesquelles l’état est détenteur d’actions et plus en encore dans les entreprises où il est majoritaire. Pour EDF, l’état est actionnaire à hauteur de 84% !

Dans le cas précis d’EDF, entreprise dans le giron direct du Ministère de Monsieur de Rugy, l’état a donc des administrateurs au sein du Conseil qui vont donc avoir pour mission de nommer un président du Conseil. Et avec le président, collectivement, les administrateurs ont la responsabilité de la bonne gouvernance de l’entreprise.

Les administrateurs d’EDF ont ainsi en majorité désigné Jean-Bernard Lévy comme Président du Conseil d’Administration et sont tous engagés au service de l’entreprise.

Or, s’agissant de monsieur de Rugy, éminent représentant de l’actionnaire, on ne peut pas dire qu’il soutient le Président (Directeur Général) du Conseil d’Administration, bien au contraire, il le met au défi.

Mais peut-être a-t-il fait le choix de défendre les intérêts d’actionnaires minoritaires, victimes des décisions du Conseil d’Administration ?

Parmi les minoritaires, on trouve en premier lieu les salariés.

Et non seulement Monsieur de Rugy ne prend pas leur défense, il les accuse de coûter trop cher à leur entreprise, il les stigmatise au point de ne même pas leur reconnaitre de mérites.

Et pourtant, EDF propose le MWh sortie d’usine parmi le moins cher d’Europe. EDF est également le producteur européen qui émet le moins de CO2 (hors la Norvège et la Suisse) pour produire son électricité. Et tout ça avec une main d’oeuvre et une valeur ajoutée totalement « hexagonale ».

RTE et Enedis qui sont manifestement eux aussi pointé du doigt par François de Rugy a des salariés dont les compétences sont reconnues sur l’ensemble de la planète. Et avec les compétences et l’engagement de ces salariés, les français disposent d’un coût de l’acheminement (les réseaux) environ 30% moins cher que les allemands (Etude Schwartz & Co – Commission de Régulation de l’Energie – 2016).

A l’heure où les chinois sont maintenant opérateurs des réseaux électriques au Portugal, en Italie, en Grèce, en Angleterre, on peut se demander si François de Rugy en serait à souhaiter que la France suive cette voie. De même, la Chine a fait démarrer deux EPR et sera sans doute en capacité de répondre aux suggestions récentes de l’Agence Internationale de l’Energie.

Monsieur de Rugy, nous ne vous disons pas merci pour votre soutien d’actionnaire.

Une réflexion au sujet de « La « bonne » gouvernance d’entreprise expliquée à monsieur de Rugy »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s