Spécial Allemagne : Der Spiegel brise un tabou !

L’EnergieWende, la transition énergétique à l’Allemande voulue par Angela Merkel ne nous a jamais fait rêver, nous l’avons souvent écrit dans cette Matinale.

Et l’objet majeur de notre faible adhésion à cette transition est son coût « monstrueux », payé par l’ensemble des petits consommateurs  et aux résultats extrêmement marginaux.

Concrètement, c’est 350 milliards d’Euros (selon le ministre Peter Altmaier), c’est une taxe d’environ 150 % environ sur le prix de l’électricité (hors acheminement et autres taxes) dont sont exemptés les industriels et c’est une réduction des émissions de CO2 pour produire de l’électricité de  … quasiment rien.

Et Der Spiegel ne dit finalement rien d’autre que cela, excepté que c’est bien la première fois qu’un acteur majeur en Allemagne ose le dire.

 

Der Spiegel nous dit donc que la transition « menace » d’échouer !

spiegel.JPG

Le journal allemand commence par nous dire … si si … que la décision prise par Angela Merkel le 22 avril 2011 (le lundi de Pâques) du grand chantier de l’EnergieWende, la transition énergétique made in germany avec sortie du nucléaire correspondait précisément à une journée ensoleillée et ventée qui assurait presque l’intégralité des besoins en électricité en Allemagne (56GW) ce jour là ?

Mais l’Allemagne est un pays où malheureusement comme le souligne le journaliste du Spiegel, « les journées sont sale et grises ». Et que dans ces moments où ni le soleil ni le vent ne peuvent répondre à la demande (loin s’en faut), les centrales au charbon et au gaz tournent à plein régime.

L’anecdote qui restera selon les journalistes du Spiegel est donc que le jour de la prise de décision du grand projet EnergieWende (le plus grand projet politique depuis la réunification dixit les politiques locaux), c’était LE jour béni pour les énergies renouvelables.

Comble de l’ironie, le gouvernement a payé l’un des cabinets plus cher au monde – McKinsey- pour s’entendre dire que l’Allemagne était très loin de ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Der Spiegel : « L’effort est énorme, le résultat est modeste. »

Le pire selon certains scientifiques allemands, c’est que l’Allemagne a finalement pris du retard dans la transition énergétique. Elle a dépensé énormément d’argent sans aucun retour et sans profiter du nucléaire pour étaler ces dépenses dans le temps et avec plus de retours d’expériences internes ou externes.

Der Spiegel nous indique clairement que le pays était entré dans le dogme, comme en religion. Le gouvernement ne questionnait plus la pertinence des dépenses, il y avait comme un tabou.

Mais comme on dit maintenant, la parole se libère. Les critiques se font jour et les chiffres ressortent. Après les coûts de soutien aux renouvelables, après les émissions de CO2 à peine baissier, on évoque également le développement du réseau qui a été lui aussi mis à la diète (financement en priorité des projets Energies Renouvelables) avec 950 km de lignes de transport nouvelles pour un objectif initial de 7700 km.

Mesdames et messieurs les politiques, restez dans le réels. C’est l’argent des français que vous engagez. Même si c’est clairement l’environnement qui a la priorité, il ne faut pas faire n’importe quoi.

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s