Les institutions se prennent à nouveau les pieds dans le tapis, les unes contredisant les autres…

Le 5 février dernier, nous avons publié un post dans lequel nous dénoncions la cacophonie et la gabegie des services de l’état.

Nous pointions les contradictions et les batailles entre la Cour des Comptes, l’ADEME, le Conseil Economique, Social et Environnemental, le ministère, etc., etc.

Et voilà que cela recommence dans le secteur de l’énergie à nouveau.

La Commission de Régulation de l’Energie a pour mission, entre autres choses, de faire évoluer le prix du tarif réglementé de vente Bleu (=< 36 kilo Volt-Ampères). Elle le fait sur la base (nous l’espérons) des missions qui lui sont confiées.

Et la CRE a récemment communiqué sur une hausse significative (environ 6 %) du tarif Bleu, essentiellement pour des raisons d’adossement aux prix du marché de gros de l’électricité.

autrite concurrence

Or, l’Autorité de la Concurrence nous dit à tort ou à raison, que cette hausse et injustifiée et préjudiciable aux consommateurs.

Soyons clair, nous aimerions tellement une électricité pas chère, pas polluante, toujours disponible, mais ça, ça n’existe nul part sur la planète.

Pour pousser le raisonnement, va-t-on voir l’autorité de la concurrence critiquer la fiscalité sur les carburants car elle est préjudiciable pour le consommateur ?

Notre point de vue sur ce sujet est que, comme nous l’avions pointé le 5 février dernier, il faut arrêter de mettre en concurrence des agences ou autorités de l’état, l’argent public est trop « cher ». Il faut clarifier les responsabilités des uns et des autres et éviter qu’une autorité regarde trop souvent ce que fait l’autre sans faire ce pour quoi elle a été mise en place.

Ensuite, pour revenir sur la question de l’énergie et du tarif Bleu, l’électricité à un coût, elle a donc un prix pour le consommateur. Tous ces organismes d’état, peuplés de têtes bien faites, devraient arrêter de se combattre et se préoccuper de précarité énergétique, de protection de l’environnement, de notre balance commerciale, de tout ce pour quoi elles existent. Et les sujets énergétiques sont au cœur du débat sociétal.

 

Une réflexion au sujet de « Les institutions se prennent à nouveau les pieds dans le tapis, les unes contredisant les autres… »

  1. Merci pour cet article éclairant (une fois de plus !). N’est-ce pas un problème consubstantiel de la soi-disant indépendance de ces autorités. Elles sont certainement indépendantes des contingences du quotidien (politique). Espérons. Mais le revers de la médaille c’est qu’elles agissent dans leur champ de compétence, en silos, sans nécessairement se coordonner ou coopérer. Et je ne parle même pas des aspirations parfois contradictoire des personnes qui s’y trouvent. Or c’est le rôle de l’Etat de coordonner la puissance publique, pour atteindre des objectifs POLITIQUES. Donc l’indépendance est-elle bien appropriée ? Ne sont-elles pas, ces autorités, de toute façon dépendantes des lois et règlements qui les ont mis en place, qui définissent leurs missions et qui sont eux-mêmes le reflet d’une certaine politique (à un moment donné), libérale pour ne pas la nommer ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s