Dans une autre vie, on se disait entre collègues  » A commande floue, connerie certaine ». Attention avec ce Grand Débat National de ne pas le démontrer à nouveau sur la transition énergétique

Dans le cadre du Grand Débat National, la question de la transition énergétique est évidemment centrale puisque c’est la fiscalité dédiée à la transition écologique qui a été à l’origine de la crise des fameux Gilets Jaunes.

Vous le savez en lisant notre matinale, la transition énergétique a un coût et les discours purement « lobbyistes » qui nous expliquent que l’éolien et le photovoltaïque sont moins chers que toute autre source d’énergie (surtout par une nuit sans vent …).

Donc, il faut financer la transition énergétique et le gouvernement pose la question aux citoyens de savoir comment assurer ce financement.

Soyons honnête, la transition a un coût qu’il est très difficile à estimer. Il l’est d’autant plus qu’on ne sait pas très bien ce que veut dire pour nous, français, la transition énergétique.

D’après le gouvernement, dans son texte explicatif, la transition énergétique doit répondre à deux ambitions :

  • réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES)
  • réduire la part du nucléaire (à 50% en 2035)

Pour ce qui concerne la réduction de la part du nucléaire à 2035, d’après le président dans son discours sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, c’est un coût d’environ 5 milliards d’euros par an (cohérent avec l’analyse de la Cour des Comptes).

Or, dans ce « en même temps », on a dépensé 30 milliards d’euros en 6 ans (en gros) pour réduire la part du nucléaire sans réduire les émissions de GES.

Réduire les émissions de GES, c’est investir massivement dans le bâtiment (avec une conversion des solutions de chauffage émettrices en CO2 et par une meilleure isolation) et dans la mobilité (avec la conversion des parcs individuels et collectifs vers des solutions alternatives électricité/hybride/hydrogène …).

Précisons à nouveau que la production d’électricité en France est d’ores et déjà massivement décarbonnée.

Donc, toutes ces conversions sont nécessaires mais elles ont un coût. Et la question de savoir comment le financer et sur quels montants est essentielle.

Mais poser la question sans explications, sans état de lieux et en disant qu’une seule réponse est possible sur la base de la question suivante :

grand débat

Cela nous amène à l’adage  » A commande floue, connerie certaine ».

Une idée simple à tester, déjà mise en oeuvre mais pas complètement aboutie :

« Plus la voiture émet de CO2, plus son propriétaire contribue à la vente de véhicule peu émetteur ».

Une autre idée qui trotte dans la tête de certains et qui, nous l’espérons, n’ira pas plus loin :

« Les consommateurs qui n’ont pas de moyens de production d’électricité renouvelable financent au travers de l’accès au réseau de distribution de l’électricité les consommateurs qui disposent eux de moyens renouvelables ».

Note de l’auteur : l’accès au réseau ne doit pas financer autre chose que le réseau.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s