De l’utilité d’avoir des voisins sympathiques et bien dotés en électricité : l’exemple de la Belgique

Les centrales de production nucléaire en Belgique ont vécu une année difficile en 2018.

La conséquence toute bête est que les importations d’électricité ont connu une croissance sans précédent en Belgique. Sur l’année complète, les importations ont représenté 22% du total consommé. Sur le dernier trimestre de l’année, c’est d’environ 1/3 de l’électricité consommée qui venait de l’étranger. Au total sur l’année, c’est 17,4 TWh que la Belgique a dû importer. Pour les financiers, c’est plus d’un milliard d’euros que la Belgique a « sorti » pour assurer l’alimentation du pays. C’est évidemment une mauvaise nouvelle pour la balance commerciale de la Belgique. Cela a sans doute été une bonne nouvelle pour la balance commerciale de la France (qui en a grand besoin).

Ce qui est sûr, c’est que si les voisins de la Belgique n’avaient pas des réserves de production significatives pour compenser la réduction des moyens de production belges, nos amis belges auraient sans doute connu des interruptions d’alimentation.

Le jour où la Belgique aura à nouveau des problèmes sur ses réacteurs, que les pays du nord de l’Europe manqueront de vent et que la France aura réduit ses moyens de production… l’image de l’Europe vue du ciel sera moins brillante.

le-fleau-de-la-pollution-lumineuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s