Pour y voir plus clair dans les impacts environnementaux des différentes sources de production d’électricité

Vendredi dernier, je reprenais ici même une étude de l’ADEME concernant la prise en compte de l’ensemble du cycle de vie d’un produit pour en mesurer l’impact environnemental.

En deux mots, l’ADEME nous dit que les principales externalités (les coûts induits en quelques sortes) des produits que nous consommons proviennent du transport de ces produits et des matières qu’on a dû extraire pour leur fabrication.

C’est l’occasion de reprendre une analyse ancienne mais encore pertinente sur les besoins en matières premières des différentes sources d’énergies.

Sont considérées les énergies fossiles, renouvelables et nucléaires.

Je vous laisse évidemment faire vos propres constats mais il est très clair que les bio-carburants et le photovoltaïque ont des impacts majeurs, en cycle complet, sur l’environnement.

DroY749W4AAwVmf

Ils nécessitent énormément de matières premières avec :

  • pour les biocarburants un usage très important de machines agricoles et de produits phytosanitaires qui représentent in fine des externalités majeures.
  • pour le photovoltaïque, il y a des besoins très importants en étain, aluminium et argent pour la fabrication des panneaux. Ces composants des panneaux sont extraits et affinés ce qui, comme l’indique l’ADEME, induit des externalités très conséquentes … hors de France évidemment.

L’exemple le plus caricatural de ce qui vous est présenté ici est la production de bio-carburants près de Marseille par Total.

On produit de l’huile de palme en Indonésie avec une consommation de machines et de carburant très importante. [cf ci-dessus]

On achemine l’huile de palme d’Indonésie à Marseille par tanker avec la encore une consommation de machine (le tanker lui-même) et de carburant – jusqu’à 300 tonnes de fioul lourd consommés par jour navigué.

On transforme cette huile de palme dans une usine qui elle-même représente beaucoup de matière et beaucoup de consommation d’énergie (chauffage et mise en pression des produits).

Enfin on utilise des voitures et du carburant pour des trajets pas toujours « raisonnés ». On a vu ici même que nos voitures sont massivement utilisées pour de très courts trajets… [cf article de jeudi dernier].

Pour finir, on aide fiscalement l’utilisation des bio-carburants au prétexte de la protection de l’environnement alors que c’est franchement discutable et on déforeste l’Indonésie alors qu’on prétend protéger la forêt et la biodiversité.

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s