Le grand virage stratégique des géants du pétrole

Nous aborderons évidemment le cas de Total dans cette matinale mais nous allons commencer par évoquer Shell qui nous donne des clés de lecture très intéressantes de la nouvelle stratégie des pétroliers.

Shell nous explique ainsi qu’ils vont passer d’une entreprise pétrolière à une entreprise de l’énergie. Il l’était déjà me direz-vous, oui mais ils n’étaient pas dans l’électricité.

Shell a donc décidé de s’engager dans ce qui seront pour elle les nouvelles énergies et ce ne sont pas que des mots puisque Shell a connu en 2016 son année la plus active de croissance externe avec des investissements massifs dans ces énergies nouvelles.

Shell va même jusqu’à investir dans les réseaux électriques et les services associés.

petrole elec

L’approche stratégique de Shell est très simple, d’où sa force :

  • La croissance se fera dans les énergies bas carbone
  • L’électricité sera le principal vecteur énergétique (moins de 20% en 2010 et plus de 50% en 2070)
  • Le développement de ce secteur est nécessaire pour recruter les meilleurs diplômés

Il semble assez clair que Shell ne fait pas du « greenwashing » [de l’image écolo] mais veut assurer ses revenus de demain. C’est tout simplement de la stratégie d’entreprise.

S’agissant de Total, notre pétrolier national, il partage à l’évidence les réflexions stratégiques de Shell.

Total a clairement lancé un plan d’investissements massifs dans l’électricité [exposé par P. Pouyanné lors du colloque de l’UFE en décembre 2017], de la production à la commercialisation, et fait de l’électricité l’autre jambe de son développement.

Total ne va évidemment pas abandonner le pétrole, il adopte en ce sens une stratégie différente d’Engie qui sort de ses anciens métiers sur la production –gaz naturel et charbon – pour aller uniquement sur les énergies renouvelables. Total va profiter de ses activités pétrolières rentables pour financer le développement de ses nouvelles activités dans l’électricité.

Si l’état et les citoyens avaient un peu de clairvoyance, il en ferait de même avec EDF en profitant des revenus du nucléaire pour assurer les investissements dans les activités de demain… mais ce n’est pas vraiment ce qui est fait puisqu’on préfère fermer des centrales nucléaires aptes à poursuivre leur activité en se privant ainsi de moyens qui pourraient être alloués à EDF EN sur les nouvelles technologies solaires ou à Enedis pour développer les réseaux intelligents et les micro-réseaux dont le monde entier va s’équiper … ils seront sans doute américain ou plus sûrement chinois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s