Le 7ème question (et la 8ème aussi) du questionnaire sur le débat public de la PPE, retour sur la loi de Ségolène Royal sur la transition énergétique.

Nous sommes donc toujours sur le questionnaire proposé à la population dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie.

On nous demande pour ces questions :

7. À votre avis, faut-il fixer l’objectif de réduction de la part du nucléaire à 50% de la production d’électricité :

  • comme prévu en 2025
  • en 2030
  • en 2035
  • au-delà de 2035
  • sans opinion

8. À votre avis, faut-il décider avant 2028 :

  • de la fermeture d’autres centrales que Fessenheim
  • de l’ouverture de nouveaux EPR
  • du prolongement de très nombreux réacteurs au-delà de 50 ans
Ces questions dans leur formulation résument à elles seules notre volonté d’appréhender ce débat avec pragmatisme. Et nous souhaitons ici vous convaincre de la nécessité de regarder les choses telles qu’elles sont.
On l’a beaucoup dit et écrit, la priorité est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre et partant de réduire notre consommation d’énergie fossile.
Pour autant, nous sommes résolument promoteurs des modes de production renouvelables.
La France a d’ores et déjà un mix énergétique quasiment sans hydrocarbures. L’idée est donc de remplacer le nucléaire par du photovoltaïque et de l’éolien.
Or, l’exemple allemand le démontre, le système électrique a besoin d’une source d’énergie disponible à tout moment et facile à « brancher » ou à « débrancher ». Et l’Allemagne a gardé peu ou prou la même quantité d’électricité produite à partir de gaz et de charbon.
Pour répondre à cette 7ème question, nous sommes d’abord soucieux de ne pas jeter notre argent par les fenêtres. Si un réacteur nucléaire peut produire de l’électricité avec l’aval de l’autorité de sûreté du nucléaire, alors il est contre-productif de le fermer. Par contre, construire un nouveau réacteur quand le besoin ne se fait pas sentir et qu’on peut utiliser des énergies renouvelables, alors la construction d’un EPR n’est pas forcément la bonne réponse, surtout à son prix de construction.
Nous souhaitons donc rééquilibrer notre mix énergétique et optimiser nos investissements avec rigueur. Concrètement, il ne nous semble pas pertinent de fermer des réacteurs nucléaires par dogme mais il faut privilégier les sources renouvelables quand on a besoin de nouveaux moyens de production.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s