La Commission Nationale du Débat Public propose à chacun de répondre à un questionnaire sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie. Rentrons dans la série de la matinale sur le questionnaire PPE

Nous allons renseigner ce questionnaire et le commenter dans la matinale, jour après jour.

Après quelques questions sur la nature de la personne qui répond, Nous engageons le questionnaire  avec la première question pour la matinale du jour :

1. Au regard des objectifs de la loi de transition énergétique,
estimez-vous que la France est plutôt : en avance / dans les temps / en retard / sans opinion

Pour y répondre, rappelons les objectifs de la Loi :

  • moins 40 % d’émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990
  • moins 30 % de consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012
  • réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012
  • porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie en 2030 et à 40 dans la production d’électricité
  • baisser la part du nucléaire à 50 % à l’horizon 2025
  • moins 50 % de déchets mis en décharge à l’horizon 2025

Sur ces objectifs, celui qui concerne la part du nucléaire plafonnée à 50% a déjà été revue par le gouvernement qui l’a estimé irréalisable. Pour notre part, nous aurions pu dire irréaliste voire fantaisiste. Nous nous sommes déjà exprimés sur ce sujet.

Plus globalement, et bientôt 3 ans après la promulgation de la loi, nous nous étonnons que la réflexion sur cette programmation pluriannuelle sur l’énergie commence par s’interroger sur la conformité avec une loi … datée. En effet, depuis la promulgation de cette loi LTECV, on peut noter les évolutions sur le stockage de l’électricité, la révolution engagée sur les réseaux intelligents, l’arrivée massive d’hydrocarbures non conventionnels (gaz de schiste, pétrole bitumineux) qui font des Etats Unis le quasi premier producteur mondial. On doit aussi prendre en compte la position des populations sur l’éolien. Et bien d’autres choses.

De plus, cette loi parait pavée de bonnes intentions (qui ne coûtent pas chères qu’on on le dit mais beaucoup plus quand on le fait).

La réduction significative de la consommation d’énergie fossile d’ici 2030 et la réduction de moitié de l’énergie consommée d’ici 2050 laissent perplexe.

Sur l’énergie consommée, si jamais les technologies évoluent fortement de telle façon que la production solaire et le stockage de l’électricité deviennent très efficaces et très bon marché, la contrainte ne sera plus la même. A l’inverse, si malgré les investissements on ne passe pas par une vraie rupture technico-économique, la contrainte sera très forte.

Pour répondre à la question, force est de constater que nous ne sommes pas en avance. Nous sommes même déjà dans un retard assumé sur la part du nucléaire.

De notre point de vue, il faudrait se poser la question de notre avancée par rapport aux constats du GIEC (nous lui avons souhaité bon anniversaire pour ses 30 ans il y a quelques jours). Le GIEC tire la sonnette d’alarme depuis longtemps sur l’augmentation des températures et les risques associés qui font de ce combat contre le réchauffement climatique de loin le PRINCIPAL COMBAT à mener.

Et de ce point de vue, la France doit faire mieux mais doit faire avec pragmatisme.

La France a aujourd’hui une force et deux faiblesses à nos yeux.

Elle a un mix électrique très peu carboné et c’est tant mieux.

Un véhicule électrique en France permet de passer du pétrole très carboné à une électricité très peu carbonée. Un véhicule électrique en Allemagne fait passer du pétrole à une électricité produite pour moitié environ au charbon.

La France a par contre un très mauvais bilan sur la consommation d’énergie pour le chauffage et un piètre bilan également sur la mobilité avec un parc automobile peu efficient et un ferroutage quasiment abandonné.

A la question posée, nous répondons donc « En  retard » mais plus par rapport à la réduction des émissions de CO2 que par rapport à une loi par ailleurs critiquable (N. Hulot a déjà fait part de ses critiques).

 

 

Une réflexion au sujet de « La Commission Nationale du Débat Public propose à chacun de répondre à un questionnaire sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie. Rentrons dans la série de la matinale sur le questionnaire PPE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s