Les Echos s’interroge … encore … sur l’avenir de la filière nucléaire française

Le quotidien nous explique que les dernières actualités sur le nucléaire ne sont pas très favorables.

Est pointée tout d’abord le règlement du contentieux avec l’électricien finlandais TVO sur l’EPR Olkiluoto. Avec une facture conséquente au final, tellement conséquente qu’elle a signé la « fin » d’AREVA comme l’avait imaginé Anne Lauvergeon.

Sur cet échec de la tête de série de l’EPR (c’est un échec !), l’état a dû recapitaliser la filière (4,5 milliards pour AREVA et 2,5 milliards pour EDF) pour maintenir a minima ce qui avait été engagé, Hinkley Point compris.

Mais si on parle maintenant de l’avenir de la filière, force est de constater que construire de nouveaux EPR n’est pas vraiment d’actualité, ni en France ni ailleurs.

Et la filière du nucléaire en France n’a pas vraiment d’autres choses à proposer que l’EPR à ce jour.

De plus, le nucléaire, qu’il soit de France ou d’ailleurs (Russie, Chine), a face à lui une concurrence de plus en plus crédible : Energies Renouvelables + Gaz naturel.

Le prix du MWh éolien ou photovoltaïque baisse significativement (mais quand il y a du vent et du soleil !) et le complément nécessaire à cette production renouvelable par l’utilisation de centrales à cycle combiné gaz est aujourd’hui économiquement pertinent.

 

Au final, les Echos reposent la question de l’avenir du nucléaire – aujourd’hui incarné par EDF – et l’intérêt de l’isoler dans un « Nucléaire de France ».

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s