Linky, toujours dans le peloton de tête des sujets controversés, est abordé par Le Monde de façon dépassionnée… et ça fait du bien

Le quotidien Le Monde nous propose de prendre un peu de recul en évitant les caricatures sur ce sujet qu’est la généralisation du compteur Linky.

L’article, réservé aux abonnés (contactez nous si l’intégralité du propos vous intéresse) revient sur les principales controverses générées par la pose du compteur communicant.

Tout d’abord, et c’est bien de commencer par là, Le Monde nous précise ce que fera de nouveau ce compteur communicant. Les explications sont succinctes mais avec le souci d’avoir un propos introductif sur les bénéfices (Enedis aurait été bien inspirée d’adopter cette approche).

Le quotidien précise ensuite les différentes polémiques autour du compteur Linky avec le risque électromagnétique, l’espionnage organisé, les perturbations sur l’installation intérieure et enfin l’obligation faite aux consommateurs de permettre ce déploiement.

L’article précise en l’espèce que les études les plus sérieuses indiquent qu’il y a le même type de rayonnement qu’avec n’importe quel chargeur de téléphone ou ampoule LED. On n’a donc pas comme le disent certains opposants « la tête dans un micro-onde ».

Le journal nous éclaire ensuite sur la question de l’espionnage. Il apparait clairement que la CNIL a fait son travail. Elle considère que l’anonymisation des données (ce qui intéresse les parties prenantes du système électrique relève plus en effet de combien sont les consommations à moment donné et en un endroit donné et pas de qui a consommé. Cette dernière information n’a pas de valeur pour l’optimisation du système.

Sur les perturbations sur l’installation intérieure, elles sont plus que probables. En l’espèce, il semble mais à vérifier (ce point doit être clarifié) que le compteur perturbe le fonctionnement d’appareils qui ne sont pas aux normes CEE. Ce point doit être approfondi.

Pour finir, Le Monde pointe le problème soulevé par les associations anti-Linky sur le caractère obligatoire du déploiement de ce compteur. Notre analyse, sur ce point, ne rejoint pas du tout celles de certains détracteurs comme NégaWatt ou le CLER (Réseau Pour la Transition Energétique) . En effet, ces derniers expliquent que le compteur Linky n’amène pas de baisse de consommation, le CNRS nous dit le contraire ! Pour ce qui nous concerne, nous disons que Linky présente l’immense opportunité de rendre la consommation, sinon moindre, beaucoup plus « intelligente ». Linky permettra, avec un écosystème ad’hoc, de consommer plus quand il y a du vent et du soleil et moins quand il faut démarrer les centrales au charbon pour équilibrer le système électrique.

Le Monde nous donne donc une vision d’ensemble sur cette controverse.

Pour notre part, nous soutenons l’installation des compteurs communicants et nous regrettons que le gouvernement n’ai pas pris sa part dans la communication positive qui doit être faire sur les réseaux intelligents et ce qu’ils apportent pour réussir la transition énergétique.

Une réflexion au sujet de « Linky, toujours dans le peloton de tête des sujets controversés, est abordé par Le Monde de façon dépassionnée… et ça fait du bien »

  1. Sans linky (i.e. sans compteur numérique « communiquant »), pas d’ENR. C’est tout.
    Je suis 100% « pour » évidemment. Il faut mieux communiquer ça c’est sûr.
    Merci pour cet article. A l’occasion suis preneur de l’article complet du Monde. Amicalement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s