Le nucléaire a fait l’actualité en ce début de mois d’août

Divers évènements, décisions, analyses autour du nucléaire ont occupé l’actualité énergétique ces derniers jours.

Nous allons légèrement détailler les 4 sujets qui ont alimenté cette actualité :

  • l’opposition « radicale » contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse)
  • la suspension de la cotation du titre Areva et la nationalisation totale de la holding Areva
  • l’abandon de la construction de deux réacteurs nucléaires aux Etats-Unis (il n’en reste plus qu’un en projet)
  • l’idée relayée dans contrepoints.org d’un mix 100% nucléaire en 2050 (clin d’œil alternatif au scénario Ademe 100% renouvelables en 2050)

 

Commençons par ce qui devient le « totem » des anti-nucléaires, le projet Cigéo à Bure.

Les pros et les antis se livrent une bataille juridique et dans le même temps une guérilla sur le terrain. Au-delà du parallèle immédiat entre Bure et Notre Dame des Landes, la question qui vient à l’esprit concerne le choix du politique. Avec un président, un gouvernement qui disposent d’une majorité très forte à l’assemblée nationale, quelle va être la position du politique sur ce dossier ?

Sans préjuger de rien, un éclairage … ressorti par les militants « Les ZIRAdiéEs » (sur leur compte Twitter :

 

 

 

 

 

 

 

Faisons un pas de coté et regardons la situation d’Areva.

Le gouvernement vient de demander la sortie de la côte (en bourse) d’Areva SA dont la seule fonction sera, d’après le Figaro du 14/08, de financer et de gérer la fin de la construction du réacteur finlandais d’Olkilueto, de rembourser l’endettement échu et accessoirement de prendre en charge les conséquences juridiques et financières futures de cette « affaire » finlandaise… un peu comme on l’a fait pour le Crédit Lyonnais à une autre époque.

Les activités opérationnelles qui perdureront ont été pour la partie construction des réacteurs vendue à EDF et pour la partie cycle du combustible filialisée dans la société NexCo, dont l’actionnaire est l’état.

 

Ensuite, abordons la question du nucléaire outre atlantique avec l’Etat américain de Caroline du Sud. Alors qu’on imaginait (légitimement) que le nucléaire allait aider les politiques de réduction des gaz à effet de serre avec un plan de construction de 45 nouveaux réacteurs avant 2030 aux Etats-Unis, il se passa Fukushima…

Maintenant, avec 3 réacteurs seulement en cours de constructions, 2 sur ces 3 vont être abandonnés.

Le journal Les Echos nous livre dans son édition du 2 août dernier une analyse approfondie de la situation avec la question centrale de la rentabilité. Le journal pointe des surcoûts considérable et des délais eux aussi conséquents. C’est très clairement une très mauvaise nouvelle pour la filière industrielle du nucléaire, prise entre le développement de l’éolien et du photovoltaïque et les hydrocarbures non conventionnels.

 

Enfin, le journal contrepoints.org donne la parole à l’un de ses experts pour nous dire les avantages considérables du nucléaire en termes économiques et de réduction des gaz à effet de serre. Nul doute que le nucléaire a toute sa place dans un mix bas (voire zéro) carbone mais, on vient de la voir, l’équation économique et sociale n’est pas si simple à résoudre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s