La justice entre dans le jeu de la « guéguerre » autour des compteurs communicants

Le Tribunal de Grande Instance de Paris a été saisi par l’association de consommateurs UFC Que Choisir concernant des propos diffamatoires tenus par Stéphane Lhomme [ qui a, après sa mise en examen, qualifié UFC Que Choisir de Collabos d’Enedis … ].

Au-delà de Stéphane Lhomme, fondateur et dirigeant de l’association Observatoire du Nucléaire, c’est bien l’ensemble des acteurs qui s’opposent aux compteurs communicants qui sont concernés.

En effet, de nombreuses collectivités sont incitées par diverses associations et militants comme Stéphane Lhomme à s’opposer à la pose des compteurs communicants. Les raisons qui in fine incitent les élus à prendre de telles dispositions portent sur la question des rayonnements électro-magnétiques et sur l’atteinte à la vie privée au prétexte que l’opérateur Enedis et GRDF (ou toute autre régie) disposeraient d’informations relatives à l’usage des énergies.

Sur le fond, la question du champ électro-magnétique produit par les compteurs communicants a fait l’objet d’analyses approfondies de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) et de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) qui ont souligné l’innocuité des compteurs au sens où, bien qu’émettant un rayonnement électromagnétique, ce dernier était du même ordre que celui émit par une télévision par exemple [Doit on interdire l’installation de tous les appareils électriques dans la maison ???]. Pour ce qui relève de l’atteinte à la vie privée, des données de consommation sont sur les factures depuis fort longtemps. On va effectivement permettre aux gestionnaires de réseaux d’augmenter sensiblement la fréquence de mesure des données de consommation mais qu’est-ce au regard de tout ce qui est transmis par nos téléphones mobiles et nos ordinateurs à Google, Microsoft, Apple, etc. Par ailleurs, la CNIL s’est prononcée sur le fond pour juger de neutralité du compteur quant à l’atteinte à la vie privée.

Sur la forme, la justice a donc remis les, choses au clair en condamnant l’un des principaux opposants à Linky et Gazpar par rapport à la diffusion d’informations diffamatoires.

Nous avons à plusieurs reprises souligné l’importance du compteur communicant dans l’atteinte des objectifs de la transition énergétique avec une production d’électricité bas-carbone notamment. Les opposants aux compteurs communicants n’ont pas de notre point de vue pris en compte les bénéfices de ces compteurs. Ils sont encore une fois significatifs pour assurer le développement des énergies renouvelables.

La justice prend donc position et elle le fait avec bon sens, il faut le souligner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s