Après les perspectives européennes évoquées hier, abordons la dimension nationale avec le dossier « nucléaire »

C’était un dossier conséquent, il est en plus aujourd’hui un dossier très observé. En effet, nous allons avoir à la manœuvre l’ancien Directeur des Affaires Publiques d’Areva avec le premier ministre E. Philippe et celui qui a dit que le nucléaire faisait partie du monde d’hier, le ministre en charge notamment de l’énergie N. Hulot.

Plantons le décor tout d’abord avec la borne de 2025 inscrite dans la loi actuelle.

A cet horizon, 37 réacteurs sur 58 auront atteint ou dépassé les 40 ans de vie (durée de vie nominale d’un réacteur à eau pressurisée en France).

La réduction à un niveau de 50 % de nucléaire dans le mix n’était pas remise en cause par le candidat Macron et l’arrivée de N. Hulot a vocation à confirmer cette disposition.

Mais à ce niveau, deux questions se posent :

  • comment arriver à 50% de nucléaire dans le mix à 2025
    • pas simple du tout
  • comment préserver une filière industrielle que le président Macron a dit vouloir développer
    • rappelons le soutient de l’ancien ministre de l’économie E. Macron au projet Hinckley Point

Un troisième point – pas négligeable – concerne l’EPR de Flamanville et le rapport de l’ASN attendu avant fin 2017 sur la sûreté de la cuve.

Au-delà de ces jalons sur la feuille de route du nucléaire, il y a l’équation financière de la filière nucléaire avec une actualité encore compliquée – enquête de la commission européenne sur la prise de participation majoritaire d’EDF dans l’activité réacteurs d’Areva et la plainte de Greenpeace auprès de la commission européenne pour aide d’état au bénéfice d’EDF contraire aux règles européennes sur la concurrence.

En effet, la situation financière du nouveau EDF (avec Areva), à l’origine du départ de T. Piquemal – ancien Directeur Financier d’EDF – est très difficile avec un endettement très important et avec un mur d’investissement (HPC, grand carénage, démantèlement, etc.). A cela peut s’ajouter un contrat social qui serait « chahuté » par les politiques à venir autour des retraites et du code du travail.

En clair, un très très gros dossier.

Une réflexion au sujet de « Après les perspectives européennes évoquées hier, abordons la dimension nationale avec le dossier « nucléaire » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s